jeudi 21 juillet 2016

Quels réseaux sociaux pour sa stratégie d'entreprise en France et en 2016 ?

0 commentaires

quels reseaux sociaux choisir pour sa stratégie d'entreprise

Choisir les bons réseaux sociaux utilisés en France en 2016,  pour sa stratégie d'entreprise est souvent un point délicat pour les personnes en charge de cette tâche. Facebook semble être inévitable, Twitter à priori il faut y aller, Instagram monte en flèche tout comme Snapchat, mais Pinterest a l'air plutôt pas mal... J'ai pu constater de réelles appréhensions sur ce sujet avec mes clients ou participants de formation réseaux sociaux.

La réponse que je donne souvent : "Choisissez les réseaux sociaux sur lesquels sont présents vos clients et votre cible !"
Cela a le mérite de recadrer un peu la discussion, mais laisse le regard de la personne en face encore dans le vide, à se poser cette même question qui semble être sans réponse.

La grille des caractéristiques des réseaux sociaux majeurs en France en 2016 permet de mieux arbitrer le choix de son entreprise.


Cela reste indicatif et il est pourra être utile de lier cette approche à la matrice d'utilisation des réseaux sociaux présentée dans un post précédent.
Choisir les bons reseaux sociaux pour son entreprise en France et 2016

Et vous, quelles différences ou points majeurs voyez vous entre ces différents réseaux sociaux ?

mercredi 29 juin 2016

Quelle approche social selling B2B pour un client et un prospect ?

0 commentaires


Si l’entreprise désire mettre en place une stratégie de social selling avec son équipe commerciale, il convient en général de démarrer par un pilote qui permettra à l’entreprise de bien tester l’approche avant une implémentation plus large. Le choix des commerciaux « pilote » est important car ces derniers représentent les acteurs du succès de l’initiative et il est pertinent de partir avec des commericaux volontaires.
Mais au-delà du choix des commerciaux, il est également important de bien différencier l’approche social selling que les commerciaux doivent tenir en fonction de leurs cibles.
En effet, le discours, le contenu, les messages, la tonalité vont s’avérer différents si la cible adressée est un client à développer ou un prospect à transformer en client.

Approche envisagée pour un prospect


1 - Identifier les contacts clés impliqués dans le process d’achat.

Ces derniers peuvent être issus d’un même département (directeur marketing, manager marketing opérationnel, campaign manager) et également cross département (directeur financier, responsable achat).

 2 - Commencer par une recherche sur Linkedin.

En général on retrouve 80% des profils ciblés

3 - Comprendre comment le commercial est lié à ces différents contacts en explorant les degrés de relation existant

4 - Sur Twitter, rechercher les contacts identifés précédemment sur Linkedin.

Le nombre de personnes sera bien plus faible, mais la présence de comptes actifs de prospects sur ce media social va s’avérer extremement utile dans la mise en avant d’actions d’engagement

5 - Lire ce que les prospects racontent !

  •  Sur Linkedin, le prospect partagera des news du secteur ou de son entreprise, des mises à jour de son statut (évolution de son poste, nouvelle photo, anniversaire de travail…) ou encore pour les plus habitués du réseau des articles pulse et des conversations de groupes de discussion. Mais dans tous les cas le contenu partagé sera à 98% professionnel.
  • Sur Twitter, le contenu partagé ou créé par le prospect sera beaucoup plus fréquent, mélangeant du professionnel et du personnel. Des avis, des états d’âme, des questions, des remarques… sont fréquents sur ce support. Cela apporte une autre dimension importante dans la connaissance du prospect

 

6 - Affiner sa connaissance du prospect en les googlisant et en identifiant potentiellement des articles de blogs ou de news les concernant

7 - Une fois la phase d’écoute des prospects faite, il conviendra de passer à la partie ‘action’ du commercial

  • Retweeter les tweets des prospects, aimer et commenter leur publication Linkedin. Ces actions vont permettrent au commercial d’être visible avant d’entamer une action plus directe
  • Rebondir sur des tweets identifiés comme pertinent. Si par ex, un prospect pose une question ou partage des news sur une problématique business connu par le commercial, il sera utile d’y répondre avec du contenu adéquate. La conversation sera ainsi lancée. Il faut néanmoins faire attenton à ne pas vendre à ces étapes. Le but ici est de créer une relation, d’apporter une valeur ajoutée, des conseils  au prospect et surtout pas une offre produit.
  • Réaliser des inmails Linkedin en s’appuyant sur des connaissances communes avec le prospect via le 2eme degré de relation. L’inmail doit être court et surtout personnalisé. La personnalisation peut etre basé sur la phase d’écoute faite précédemment, sur des connaissances, des études en commun. Un CTA est recommandé en fin d’inmail ayant pour objectif un RDV/échange. Les bons inmails fournissent des taux de réponse de 50 à 60%.
  • Ne pas inviter d’invitation Linkedin pour se connecter. Ce n’est pas le moment et cette action arrivera bien plus tard une fois le propsect rencontré en RDV ou au téléphone

8 - Dans des achats dits complexes nécessitant l’intervention de plusieurs personnes, il sera utile de réaliser cette même approche pour chaque personne (à part l’inmail qui doit davantage se centrer sur la cible business). Plus le commercial sera connu à différents niveaux et plus il suscitera confiance et crédibilité


Approche social selling envisagée pour un client


La relation étant déjà créé, puisque la cible est déjà cliente, il va être plus aisé d’entrer en contact sur les RS. De manière générale, les clients en relation avec un commercial acceptent sans aucun problème d’être contacté sur ces supports.
  • Se connecter avec les clients du portefeuille que le commercial gère ! C’est la première étape indispensable à réaliser sur Twitter et Linkedin. Si le commercial a déjà rencontré d’autres iterlocuteurs (DAF, CEO..) se connecter également avec eux.
  • Tout comme pour les prospects, il va être important pour le commercial d’être attentif à ce que disent et partagent les clients sur les RS. La phase d’écoute est également clé.
  • En fonction de ce qui a pu être lu, le commercial pourra partager du contenu apportant une valeur ajoutée. Cette partie est dépendante de la manière dont est organisée l’entreprise pour la création de contenu, souvent issu du marketing. Parfois le contenu existe mais n’est pas adapté, il faudra donc que le responsable du projet social selling travaille conjointement avec le marketing pour améliorer la situation.
  • Etre attentif aux posts des clients, les retweeter, partager, commenter. Le but est d’être toujours présent dans l’esprit du client grâce à ce travail relationnel.
  • Ne pas hésiter à fournir en direct du contenu exclusif, des avant premieres produits au client afin de développer une relation virtuelle privilégiée

Et vous, quelles différences ou points majeurs voyez vous dans une stratégie social selling adressée aux prospects et clients ?

mardi 24 mai 2016

Linkedin en monopole du social selling ?

0 commentaires

Lorsque l'on parle d'outil social selling, le premier mot qui vient à la bouche de responsables de ventes ou marketing, c'est Linkedin. La licence Sales Navigator en particulier. Serions-nous dans une position de monopole ?


Au delà de la définition de process internes - comme la capacité du marketing à travailler avec les ventes pour la création de contenus - ou encore des problématiques d'adoption du management ou de formation / coaching, il y a évidemment la question de l'outil.



Evidemment, LinkedIn s'avère être une mine d'or pour la force de vente. Son module Sales Navigator permet à tout un chacun d'améliorer significativement sa productivité :
  • gain de temps considérable dans l'identification de prospect cible
  • gain de de temps également lors de la prise de contact
  • déblocage de situation avec l'aide de connections communes
Ces 3 points facilitent la vie du commercial sans aucun doute.

Mais qu'en est-il de l'engagement avec les prospects sur Linkedin ?

Le social selling, par définition est social. C'est à dire que le commercial doit être à l'écoute de ses clients et prospects et rebondir, s'engager, intervenir, fournir du contenu le cas échéant.
Mon constat sur Linkedin - et qui semble ne pas être le seul, si je me réfère par exemple au pilote social selling de Microsoft France fait en 2014, est que Linkedin manque de news, d'actus, de partages des prospects ciblés. Etes vous en manque de 'reasons to engage' sur LinkedIn ? en tout cas, cela est régulièrement le cas pour moi.
Le flux des conversations des prospects est sur Twitter, support à ne pas mettre de côté
La grande majorité des conversations se retrouvera sur Twitter. Certes, il y a une perte de présence des prospects identifiés sur Linkedin par rapport à Twitter. On retrouvera entre 15% et 50% des prospects Linkedin sur Twitter. Cela dépendra du métier. Selon cette étude réalisée conjointement avec Patrick Giacomini d'Ecairn sur un échantillon de 300 contacts, le ratio oscille entre 10 et 40% environ.

Mais la question à se poser est la suivante : si 30% de mes prospects cible sont sur Twitter et échangent régulièrement, cela fait il du sens de se joindre à la conversation ? 
La réponse est évidemment oui : il y aura de nombreuses raisons de s'engager pour le commercial, beaucoup plus que sur LinkedIn. Sur Twitter, on pourra rebondir sur des tweets professionnels mais aussi personnels des prospects. Cette dimension n'existe pas sur Linkedin, à ne pas négliger.
Pour conclure, Linkedin oui..., Linkedin et Twitter c'est encore mieux !!

lundi 23 mai 2016

Social Selling Forum 2016 : le buzz Twitter

1 commentaires

Lorsque j'ai lu le programme du Social Selling Forum du 20 mai 2016, je me suis dit : ça c'est une journée pour moi, il faut que j'y aille. Mais malheureusement, je suis arrivé trop tard et les places étaient déjà toutes prises !


Seule option : le live tweet et un peu de périscope !
Il faut dire que les personnes présentes n'ont pas démérité ! De nombreux participants ont pu retranscrire une bonne majorité des débats et échanges, ce qui a permis à de nombreuses personnes, dont moi, de participer à distance !


J'ai mouliné le live tweet avec un outil que vous connaissez certainement TweetReach, et l'impact est plutôt impressionnant pour un 2eme forum.

Merci à tous les twittos d'avoir rendu cette journée live !
@SocialSellingF @ndesachypro @andredan @philippepaci @ invocfr @1min30 @businesson_line @aressy_experts @azaleadFrance @brunofridl @mathieucrucq @plaubignat @DidierCastelnau @GuillaumeCorp @Phil_Khattou @BertrandBarbet @mkhodja1 @fredbascunana @jcunniet et tous les autres !

Quelques chiffres sur cette journée du 20 mai avec le hashtag #socialsellingforum



  • 2155 'tweets' avec 951 tweets et 1204 retweets
  • 484 contributeurs
  • 4.5 tweets par contributeur
  • 90 tweets par heure !
  • 595 K d'audience potentielle
  • 3.7 millions d'impressions potentielles

best tweets social selling forum 20 may 2016
Tweets les plus retweetés de la journée

social selling forum : twittos les plus actifs
Twittos les plus actifs de la journée du 20/5/16




vendredi 13 mai 2016

Les 5 familles d'indicateurs KPI social media

0 commentaires


Définir les bons indicateurs d'une stratégie social media peut parfois s'avérer complexe. On ne sait souvent pas par où commencer et il est fréquent de partager trop d'indicateurs social media au sein de l'entreprise


Cela impactera évidemment la visibilité de la stratégie et remettra potentiellement en cause son utilité et efficacité. Il faut choisir avec soin ses KPI et s'assurer de les suivre dans le temps. Il faut que ces KPI parlent pour le business, sinon l'adhésion sera bien plus faible.


De mon côté j'utilise généralement 5 familles d'indicateurs :

  • Les indicateurs liés à la communauté
  • Les indicateurs liés à l'engagement
  • Ceux correspondant au trafic généré par le social media
  • Les KPIs (à suivre de près !) liés aux leads générés
  • et enfin ceux autour de l'ereputation

Ce schéme cliquable précise les indicateurs de chaque famille.
Et vous quels sont les 4 ou 5 indicateurs que vous utilisez pour mesurer l'avancement de la stratégie social media de l'entreprise et l'impact sur le business ?

Les 5 familles d'indicateurs sur les réseaux sociaux et social media




lundi 2 mai 2016

9 etapes stratégie réseaux sociaux

0 commentaires

Les 9 étapes pour définir une stratégie sur les réseaux sociaux


9 étapes, d'autres en verront 8 ou 10. Ce qui est important c'est de bien organiser la réflexion de la stratégie de son entreprise en amont. Cette méthode est le fruit de l'expérience accumulée en tant que consultant réseaux sociaux depuis 2010, méthode appliquée et qui fonctionne !

Les 9 étapes de définition de stratégie réseaux sociaux :
  1. La définition des cibles
  2. La phase d'audit
  3. La définition de la vision et des objectifs stratégiques
  4. La détermination du dispositif sur les réseaux sociaux
  5. Les lignes éditoriales
  6. La définition des programmes
  7. Les ressources et budget alloué
  8. Le support et l'infrastructure
  9. Les indicateurs clés à suivre

Les 9 étapes d'une strategie sur les réseaux sociaux


Les cibles de la stratégie réseaux sociaux

Il est parfois difficile de les identifier car pour certaines organisations ces cibles sont multiples. Par exemple une collectivité territoriale aura pour cible potentielle le citoyen, les entreprises, les journalistes, les investisseurs... Il convient donc de prioriser ces cibles en fonction par exemple du CA ou des lignes budgétaires. Dans tous les cas, il faudra identifier celles qui seront adressées dans la stratégie réseaux sociaux et digitale. Pour démarrer, éviter des multiplier les cibles car cela compliquera grandement la mise en place de la stratégie.

L'audit réseaux sociaux

L'audit est important pour créer sa stratégie ou l'optimiser car elle fonctionne mal. Cet audit doit se faire sur 4 variables : les Clients (ou sont ils, que disent ils, quelles sont leur préoccupations), la Marque (le dispositif actuel, les employés déjà actif, la performance..), les Concurrents (présence d'une stratégie, points forts points faible, taux d'engagement, ereputation...) et les Partenaires. Ces derniers peuvent être importants si l'entreprise travaille avec des Business Partners, revendeurs. Cela peut etre également des partenaires marketing avec lesquels l'entreprise fait régulièrement des évènements et actions en commun. L'audit dresse l'état des lieux et associé à un SWOT donne les bases de la stratégie. Les préoccupations des Clients (et prospects) étant certainement le point le plus important car représente la base de la valeur ajouté à inclure dans la stratégie


La vision et objectifs de la stratégie réseaux sociaux

Pour définir la vision, récapitulez votre objectif en 1 phrase. Elle servira d'accroche majeure et sera utile pour des partages internes. En général, cette phrase se finalise apres avoir défini les objectifs. Ces derniers doivent être SMART, proche du business et de la cible. Posez cette question : est ce que l'objectif répond à des besoins de la cible ? Si oui, le succès est presque garanti. Si non, cela signifie certainement que l'objectif est centré sur l'entreprise et ses produits.


Le dispositif de la stratégie réseaux sociaux

Celui-ci va lister les plateformes à exploiter : Facebook, Blog, Forum, Twitter etc. Le plus simple est de le concevoir visuellement afin de déterminer les liens entre les supports et le site. Cela peut se compliquer dans le cas d'une stratégie globale avec plusieurs pays, mais il est nécessaire de définir ce dispositif global et par pays même s'il faudra adapter certaines spécificités locales.

La ligne éditoriale

Celle-ci est en général définie par plateforme et par cible. Elle inclut les thématiques majeures à exploiter, le type de contenu (livre blanc, infographies, actus etc). Chaque plateforme (page Facebook, blog, Twitter etc) doit avoir une ligne éditoriuale définie avant l'implémentation.

Les programmes

Il est fréquent d'avoir des programmes spécifiques. Par exemple la mise en place d'une plateforme collaborative. Le but ici n'est pas de définir le cahier des charges fonctionnelles précis, mais bien donner les grandes lignes du programme en question

Les ressources et budget de la stratégie réseaux sociaux

Certaines actions seront centralisées d'autres localisées. Il faut donc définir le qui fait quoi. Il est recommandé de ne pas sous estimer cette phase, sinon échec garanti ! Il conviendra également d'estimer les coûts associés des programmes et des ressources si'elles sont externalisées.

Le support et infrastructure

Formation, interne, process à définir, chartes etc. Cela donne de la clarté au projet et permet surtout d'anticiper les difficultés lors de l'implémentation.

Indicateurs

Ces indicateurs doivent être simples et pas trop nombreux. Ces indicateurs sont issus de 5 familles de KPI : l'engagement, la communauté, le trafic, les leads, l'ereputation. Le detail de ces indicateurs feront l'object d'une publication future sur le blog


Ces 9 étapes vous permettront de mieux organiser la réflexion de définition de stratégie sur les réseaux sociaux. Un blocage, besoin d'aide, n'hésitez pas à me contacter !

Webinaire Social Selling - Generer des leads

0 commentaires

Webinaire gratuit sur le Social Selling

"Comment générer des leads avec le Social Selling"


Nous proposons une webinaire gratuit le 19 mai 2016 à 11.30 afin d'échanger sur le Social Selling et de présenter les méthodes, outils et best practices dans ce domaine.
Ce sujet a le vent en poupe et il est important de bien comprendre les enjeux et les méthodes avant de mettre en place une telle initiative.

Le webinaire est gratuit et durera 30 minutes.
POur s'y inscrire c'est ici : webinaire social selling




vendredi 22 avril 2016

Objectifs et utilisation des réseaux sociaux pour l'entreprise

0 commentaires

Définir le dispositif réseaux sociaux pour son entreprise n'est pas forcément si facile que cela.


Le choix des plateformes réseaux sociaux va dépendre de nombreux paramètres :

  • les objectifs définis par l'organisation
  • le secteur d'activités de l'entreprise
  • le type de produits ou services vendus
  • les cibles (B2B, profession libérale, B2C..)
  • la taille de l'entreprise (PME, multinationale)
  • la géolocalisation des marchés
  • la présence d'un service clients etc.

Certains supports sont plus adaptés que d'autres - par exemple Linkedin sur un objectif de développement de la marque employeur, ou Twitter pour du Social Selling. Bien que le choix doit se faire au cas par cas, l'expérience accumulée ces 6 dernières années me permet de classer les plateformes en adéquation avec les objectifs de l'entreprise ou de l'organisation.

Cette matrice peut servir de guidance dans cette réflexion. Elle n'est évidemment pas universelle et dépend donc fortement de l'expérience de chacun. Je m'attends donc à voir des avis convergents mais aussi différents !


objectif et utilisation réseaux sociaux

- Engage Audience

Par engager l'audience, j'entends ici échanger avec sa cible quelle qu'elle soit : converser, partager, commenter ou tout simplement créer du relationnel. Sans surprise, Facebook, Twitter, Linkedin, le Blog, le Forum et Instagram sont les plus appropriés et permettent de part leur fonctionnalités de créer des conversations et de s'engager avec la cible. Si l'entreprise désire s'ouvrir à ses clients et prospects, ces supports sont les bons !

- Generate Leads

Un blog bien configuré, avec une ligne éditoriale organisée peut représenter une arme redoutable pour générer des leads via des livres blancs, des guides, des analyses, des webinaires ou infographies à télécharger sur formulaire. Mais il est nécessaire de gagner en crédibilité et en expertise sur ce support. La plateforme SlideShare est également un bon moyen pour générer des leads en exploitant sa fonctionnalité (certes payante) de capture de leads sur l'affichage ou le téléchargement des documents et présentations. Pinterest, pour une cible et des des produits bien spécifiques, grâce aux de backlinks sur les images génère également du trafic direct vers l'article en question. Enfin Facebook via Facebook Store ou tout simplement des publications bien construites et attractives pour la cible est un outil efficace.

- Increase Visibility

Augmenter la visibilité, la notoriété est souvent un objectif désiré par de nombreuses organisations. Dans cette optique, tout est permis :). Les plus grands acteurs ayant un impact potentiel plus important : Facebook, Youtube, Linkedin etc.

- Generate Traffic

Générer du trafic vers le site institutionnel ou le site marchand est également un objectif souvent défini par les entreprises. Pour cela, je mettrais en premier lieu le blog (s'il est évidemment optimisé), Pinterest (grâce à ses backlinks). Faire pointer Facebook et Twitter sur un site marchand ou institutionnel peut également fonctionner mais risque de fatiguer la cible qui désire davantage de contenus à valeur ajoutée souvent présents sur d'autres supports (blog, YouTube etc).

- Involve Employees

Impliquer les employés à partager leur expertise, surtout pour le B2B, peut s'avérer extrêment efficace car l'organisation accède ainsi à un réseau qu'elle ne peut directement atteindre, celui de ses employés. Pour cela, Linkedin, Twitter et les forums (dans un cas moindre) sont probablement les mieux positionnés. Cela sert pour l'entreprise mais également pour l'employé qui petit à petit améliore son personal branding parmi ses pairs.

- Social Selling

Linkedin et Twitter sont selon moi les 2 supports les plus appropriés. Le premier représente un moteur de recherche qualifié extremement pertinent permettant des mises en relation facile - le Sales Navigator renforce encore plus ces fonctionnalités - le second, Twitter représente une opportunité d'entrer en contact avec sa cible. Si la veille Twitter est bien paramétrée, de nombreuses 'reasons to engage' peuvent être identifiées avec ses clients et prospects - élément clé pour un commercial afin de développer le relationnel. Evidemment, les 'bibliothèques de contenus' YouTube, Slideshare et le blog viennent en complémentarité pour nourrir la cible le cas échéant.

- Employer Brand

Attirer, recruter, partager les valeurs de marque... sont des objectifs à exploiter sur Linkedin avec la page entreprises et ses show cases, mais aussi le blog et YouTube en support. Facebook peut être exploité mais avec parcimonie sinon cela nuira à l'engagement des fans.

- Targeted Ads

De la publicité ciblée, je dois dire que pour le moment, Facebook est extrêmement bien positionné grâce à ses multiples critères d'audience et de retargeting. Il peut être limité pour le B2B, bien que de nouveaux critères liés au métier des utilisateurs Facebook soient désormais disponibles. Linkedin s'avère donc incontournable pour le B2B, d'autres plateformes comme SpiceWorks pour les décideurs IT sont envisageables. Mais attention à bien organiser ses landing pages et le contenu mis en avant car les CPC sont assez élevés pour ces derniers.

- Service Support

Le SAV peut être exploité sur plusieurs plateformes. La plus adaptée est évidemment le forum de marque sur lequel l'entreprise et des clients répondent aux questions de clients ou de prospects. Tout est possible et le forum ne signifie plus vieux site de techos impossible à lire : des séquences de support vidéos  (how to videos) peuvent par ex faire partie intégrante du forum. Twitter et Facebook sont également exploités pour le SAV, souvent d'ailleurs par défaut car les clients viennent se plaindre ou poser des questions sur ces supports. Ensuite tout est question d'organisation : un technicien hotline peut etre affecté autant à des questions téléphoniques, mail, Facebook, Twitter...

D'autres objectifs clés pour l'entreprise peuvent être intégrés à cette matrice : la co-création, le vote / participation... mais ils restent encore anecdotiques, tout du moins, pour ma propre expérience. Voyez vous d'autres objectifs clés à inclure ?

jeudi 21 janvier 2016

Comment les collectivités locales et territoriales interagissent entre elles sur le web et les réseaux sociaux ?

0 commentaires
Dans un précédent post, je partageais mes réflexions sur les enjeux de la fusion des régions sur les réseaux sociaux. Etant actuellement en train de traiter ce sujet avec l'un de mes clients, il me parait opportun de compléter ces réflexions avec un nouveau point : les interactions existant sur le web et les réseaux sociaux entre les deux régions qui doivent fusionner. Echangent-elles ensemble ? Sont-elles connectées ?

Chaque région au sens géographique du terme et telle qu'organisée avant le 1er janvier 2016, est composée de nombreuses structures locales et territoriales : des municipalités, des départements, la Région, des CCI départementales, des préfectures, des chambres de métier, des conseils départementaix du tourisme, des chambres d'agriculture,  des communautés de communes, d'institutions publiques, semi publiques d'accompagnement à la création d'entreprise, au transport etc.

Cela fait de nombreux acteurs, des centaines, représentant les collectivités territoriales, locales publiques et semi publiques réparties sur le territoire. Chacun de ces acteurs dispose d'une présence digitale via un site web, parfois un blog, et souvent une page Facebook, un compte Twitter, une présence sur Dailymotion ou YouTube.

Chaque Région, telle que définie avant le 1/1/2016, dispose donc de sa propre zone d'échange digitale : des interactions existaient et existent toujours sur le web et les réseaux sociaux entre ces acteurs. Il se retweetent, se mentionnent, font des backlinks directs sur des articles de blogs etc.
Suite à une analyse cartographique des acteurs composant deux Régions qui se sont désormais mariées au 1er janvier 2016 (et que je ne nommerai pas :-), j'ai pu identifier que les zones d'influence digitales restent très séparées entre ces 2 zones territoriales qui composent désormais la nouvelle Région fusionnée.


  • les acteurs interagissent ensemble mais dans leur zone de leur 'ancienne delimitation' régionale
  • les 2 conseils régionaux échangent peu entre eux
  • les institutions similaires (développement économique, environnement etc) et présentes dans les 2 Régions n'échangent pas entre elles
  • il y a tout simplement un réel cloisonnement entre les acteurs des deux régions qui s'unissent, tout du moins dans leur activité digitale

C'est donc, me semble-t-il un réel enjeu sur le digital pour la nouvelle Région : être capable de fédérer tous ces acteurs et de "casser les silos" !

POur illustrer cela, voici la cartographie des acteurs majeurs de deux régions désormais unies, sur laquelle on voit bien la présence de groupes affinitaires qui restent relativement cloisonnés et peu liés les uns aux autres. Les sources "satellites" sont pour la plupart les sites web de mairies et sont déconnectées du reste, c'est dire n'interagissent pas avec les autres acteurs.



mardi 22 septembre 2015

Fusion des régions : quels enjeux sur les réseaux sociaux ?

0 commentaires
La fusion des régions se met en place et sera opérationnelle en janvier 2016. De nombreux services au sein de ces régions planchent sur la mise en commun de ressources, de budget... afin d'offir un service de qualité couvrant un territoire plus grand.




Les réseaux sociaux peuvent paraitre un peu anodins dans cette refonte globale stratégique mais ils restent néanmoins une composante majeure du positionnement digital de la nouvelle entité. De nouveaux sites web vont certainement voir le jour et il faudra obligatoirement revoir le positionnement de la nouvelle Région sur les réseaux sociaux. Les services marketing et digital vont plancher dans les prochains mois sur la nouvelle vision à adopter sur les réseaux sociaux...

J'identifie de mon côté quelques enjeux majeurs :


  • Enjeux liés à la transparence du rôle de la Région
La Région agit sur des domaines spécifiques qui sont souvent méconnus de la part des entreprises ou des citoyens, à part le traditionnel "Lycée et Transoprts".  Il parait donc important d'apporter pédagogie, explications et clarté sur les actions et responsabilités de la Région. Les réseaux sociaux représentent un support adéquates à cela grâce à l'interactivité de ces plateformes et à leur portée potentielle

  • Enjeux liés à une couverture territoriale equitable
Qui dit fusion des Régions, dit plus grand territoire et donc plus de contenus à partager. Nous savons tous qu'il est important de ne pas inonder l'audience de contenu sur les réseaux sociaux. Il y a donc là une vraie problématique de choix de contenu satisfaisant le territoire dans sa globalité associé à un flux de contenu qui doit rester digeste et raisonnable

  • Enjeux liés à la réactivité de la Région sur les réseaux sociaux
Comme tout changement majeur, il y aura des questions sur le fonctionnement de la nouvelle structure, sur son rôle, ses responsabilités, ses actions, sur le qui fait quoi, comment cela fonctionne p/r à avant etc. Les Régions peuvent anticiper cela en fournissant du contenu pédagogique comme vu précédemment mais aussi en étant réactif sur les réseaux sociaux pour répondre à ces interrogations.

  • Enjeux liés à la duplication de présence de la Région sur les réseaux sociaux
 Il est fréquent qu'une Région ait plusieurs pages Facebook, plusieurs comptes Twitter, une présence sur Youtube, Pinterest etc. La fusion des Régions va donc amener une reflexion sur le choix des plateformes qui restent tel quel, ou qui sont "fusionnées". La démarche majeure à garder en tête : il faut opter pour la simplicité et la clarté pour l'audience, et non la simplicité et la clarté pour les équipes internes à la Région...


De nombreux autres enjeux existent et travaillant sur cette thématique dans les semaines qui viennent je ferai certainement un point sur l'avancement de cette réflexion...

Et vous, quels enjeux identifiez-vous ?